Archive for avril 2012

« Smoot-Hawley did not cause, or even significantly deepen, the Great Depression »

avril 27, 2012

I was reading the article « Bring it all back home » on Project-syndicate, denouncing the return of a past error, protectionnism. The author argues among other things :

  • « Monetary tightening was not the only major policy error of the 1930’s; so was a retreat into protectionism, symbolized by the Smoot-Hawley tariff increases at the beginning of that decade. Historians continue to debate the centrality of the Smoot-Hawley law itself, but the subsequent tariff war certainly damaged trade and economic growth, making a bad situation worse. »

It reminds me of what I read in William Bernstein’s brillant book « A Spendid Exchange« , that tariff wars in the 1930s played a very minor role in the economic turmoil of the time.

Let me quote him :

« Between 1929 and 1932, real GDP fell by 17% worlwide, and by 26% in the USA, but most economic historians now believe that only a minuscule part of that huge loss of both world GDP and the USA’s GDP can be ascribed to the tariff wars. »

« A back-of-the-enveloppe calculation show that this must have been true. At time of Smoot-Halley’s passage, trade volume accounted for only 9% of world economic output. Had all international trade been eliminated, and had no domestic use of the previously exported goods been found, world GDP would have fallen by the same amount, 9%. Beteen 1930 and 1933, worldwide trade volume fell off by one-third to one-half. Depending on how the falloff is measured, this computes to 3 to 5% of world GDP, and these losses were partially made up by more expensive domestic goods. Thus the damage done could not possibly have exceeded 1 or 2% of world GDP – nowehere near the 17% falloff seen during the Great Depression. »

« Even more impressively, the nations most dependent on trade did not suffer the most damage. For example, in Holland, trade accounted for 17% of GDP and yet its economy contracted by only 8% in those years. By contrast, trade constituted less tan 4% of the US’ GDP, yet its economy contracted by 26% during the Depression. The inescapable conclusion : contrary to public perception, Smoot-Hawley did not cause, or even significantly deepen, the Great Depression. »

« Recently, economic historians have calculated that the tariff wars of the 1930s caused less than half of the falloff in world trade, the rest being due to the Great Depression itself, which decreased demand for trade products. »

The 2 arguments against the motion « Does the 21st century belong to China » that F. Zakaria and H. Kissinger missed

avril 19, 2012

In the Munk debate on China, held in Torinto in 2011, the motion “Does the 21st century belong to China” was debated. F. Zakaria and H. Kissinger were arguing against it and they won, their arguments being judged more convincing than those of D. Li and N. Ferguson.

I’d like to add 2 arguments against the motion that F. Zakaria and H. Kissinger failed to mention during the debate :

  • First, as Georges Friedman is arguing in “The next 100 years”, China, labeled a “paper Tiger”, is following Japan’s trajectory of bad loans, and will hit the wall as Japan did in the early 1990s. This very likely downturn will lead to political instability and might even threaten the country’s unity, preventing an aging China from playing any dominant role in the 21stcentury:
    • “China is not truly capitalist in the sense that the markets do not determine capital allocation. Who you know counts for much more than whether you have a good business plan. As a result, not surprisingly, a remarkably large number of those loans have gone bad – “nonperforming”, in the jargon of banking. The amount is estimated at somewhere between $600 billion and $900 billion, or between a quarter and a third of China’s GDP, a staggering amount. China is Japan on steroids. It’s not only an Asian state that values social relations above economic discipline but a communist state that allocates money politically and manipulates economic data. It is also a state in which equity holders – demanding profits- are less important than bankers and government, who demand cash.  As Japan did, China relies heavily on exports, has a staggeringly high growth rate, and faces collapse when growth rate begins even to barely slow. Japan’s bad debt rate around 1990 was, by my estimate, about 20% of GDP. China’s, under the most conservative estimate, is about 25% – and I would argue the number is closer to 40%. But even a 25% is staggeringly high. China has expanded extraordinarily for the last 30 years. At some point the business cycle, culling weak business, must rear its ugly head – and it will.”
  • Second, as Ian Morris is arguing in his brillant “Why the West rules – for now”, we underestimate how much the pace at which technological progress is increasing is completely changing the game in the 21stcentury, rendering the motion completely irrelevant :
    •  “the Singularity will render ten-thousand-year-old categories such as East and West completely irrelevant. Instead of transforming geography, it might abolish it. The merging of mortals and machines will mean new ways of capturing and using energy, new ways of living together, new ways of fighting, and new ways of communicating.”
    • “The 21st century is going to be a race, a race not between East and West, but between Singularity (scientific progress for the better) and Nightfall (total disruption of human civilization due to unmanageable environmental changes and/or nuclear war). There will be no silver medal. Either we will soon (perhaps before 2050) begin a transformation even more profound than the industrial revolution which may make most of the current problems irrelevant, or we will stagger into a collapse like no other. It is hard to see how any intermediate outcome – a compromise, say, in which everyone gets a bit richer, China gradually overtakes the West, and things otherwise go on much as before – can work. This means that the next 40 years will be the most important in history.”
    • “Were we to avoid Nightfall, Singularity would culminate with merging of human and machine intelligence in the 2040s. Technologists in the US army say that “war is already moving beyond human space as weapons become too fast, too small, too numerous and create an environment too complex for humans to direct”, they say “technology is rapidly taking us to a place where we may not want to go, but probably are unable to avoid”. The merging of humans and computers may be just a brief phase before what we condescendingly call “artificial intelligence” replaces Homo Sapiens as thoroughly as Homo Sapiens replaced all earlier ape-men.”
    • “Rising social development has always changed the meaning of geography, and in the 21st century, development will rise so high that geography will cease to mean anything at all. The only thing that will count is the race between a Singularity and Nightfall. To keep Nightfall at bay we will have to globalize more and more of our concerns, and arguments about which part of the world has the highest social development will matter less and less.”

The second argument might be labeled pure Sci Fi, but keep in mind that the motion was about the 21st century, not just the first 30 years of it, and when we know for instance that it took less than 70 years in the 20th century between the first plane and a man on the moon, taking into account how technological progress is accelerating and where science stands now, I think Ian Morris’ argument should be considered very seriously.

Even before the Singularity renders the East-West rivalry useless in the 21st century, America might regain a firmer lead on the world, as Ian Morris envisons :

“The ongoing revolution in science will be the biggest and the fastest of all. Its core, many futurists agree, lies in linked transformations of genetics robotics, nanotechnology, and computing, and its consequences will overturn much of what we have known. Eastern scientists have made plenty of contributions to the new technologies (robotics for instance is as advanced in Japan and South Korea as anywhere), but so far the revolution has been overwhelmingly Western. This might mean that the pundits who point to America’s decline and a coming Chinese age will be proved wrong after all : if the united States dominates the new technologies as thoroughly as Britain dominated the industrial ones two centuries ago, the genetic/nanotechnology/robotics revolution might shift wealth and power westward even more dramatically than the industrial revolution did.”

Here are some examples of such a shift :

    • quote from the Economist « The F35 Joint Strike Fighter will certainly be the last manned strike fighter, the Unmanned Aicraft Systems Flight Plan assumes that the next generation of drones will have artificial intelligence giving them a high degree of operational autonomy including – if legal and ethical questions can be resolved – the ability to shoot to kill »
    • Look at what can be done when you reduce the size of flying autonomous robots, the ease to quickly change trajectory, make sure not to miss 6’55 , 10’04 , 12’47 and 15’08, and think how the US army could use it

To explore further these fascinating perspectives, I suggest you read  my piece on how biology and artificial intelligence could be intertwined : would you rather see a cow whose brain will be replaced by AI, or human mind embedded in an insect-like robot? It’s likely that before 2100 both will be possible, read this piece : “Human mind VS AI “. And make sure to visit my Page on Facebook about Robots.

Un big-bang de l’éducation ?

avril 4, 2012

À l’approche des élections présidentielles, s’il est un thème qui conditionne tous les autres et donc l’avenir au sens large de la France, c’est bien l’éducation. C’est d’ailleurs cocasse de voir certains commentateurs chez nous distinguer ce thème des questions économiques alors qu’ils sont intrinsèquement liés. La Corée du Sud par exemple l’a compris très tôt, dès la guerre avec le Nord communiste terminée, en investissant dans le seul  capital à disposition, le capital humain. Ce pays, qui était au même niveau au début des années 60 qu’une Algérie baignant dans le pétrole, a su créer les conditions d’un véritable miracle économique en un peu plus d’une génération, et est maintenant une des nations les plus riches du monde. La nation la plus connectée aussi.

La France quant à elle a vu son système éducatif se scléroser lentement depuis 30 ans. Les lycéens français de la fameuse génération Y sont non seulement moins bons que ceux de la génération du baby boom, mais aussi plus médiocres que dans bien d’autres pays que nous avons longtemps devancés. L’OCDE, via le PISA (Programme for International Student Assessment), a ainsi mesuré qu’en 2009 la France était au 22ème rang mondial en mathématiques, 23ème rang en lecture et 27ème rang en science, à chaque fois derrière, entre autres, la Chine, Taïwan, Singapour, la Finlande ou l’Estonie.

Mais sait-on exactement ce qui fait un bon système éducatif ?

D’après la recherche menée par la fondation Bill and Melinda Gates, de tous les facteurs dont dépend la réussite scolaire d’un enfant et sur lesquels l’école peut influer, il est en un qui est véritablement décisif et relègue tous les autres à l’insignifiance : la qualité intrinsèque du professeur présent dans la salle de classe. C’est le paramètre central. À côté, il est maintenant prouvé par exemple que la taille de la classe est un paramètre négligeable, contrairement à ce que véhiculent encore certains.

Michael Johnston, sénateur démocrate du Colorado, et ancien chef d’un établissement qui a fait passer  le taux d’admission à l’université de ses lycéens de terminale de 50% à 100% raconte que « Si vous prenez les 25% moins bons élèves et les confiez à de très bons professeurs, en trois ans ces élèves ont presque comblé leur retard et se retrouvent dans la moyenne. À l’inverse, s’ils sont placés entre les mains de professeurs médiocres trois années de suite, leur retard s’aggrave et devient irrattrapable. »

Ainsi, dans un univers scolaire où les professeurs français sont très peu évalués (un enseignant attend souvent 5 ans, voire plus, avant d’être inspecté) et où se dissimulent donc de fait un certain nombre de mauvais professeurs, le destin de beaucoup d’enfants issus de familles modestes en est remis à une grande loterie nationale. C’est tragique et suicidaire, qui plus est à notre époque où de plus en plus d’emplois sont soit remplacés par des machines, soit délocalisés.

Libération faisait un sujet le 14 décembre 2011 sur les réactions du monde de l’enseignement suite aux fuites entourant un projet de réforme qui prévoirait de modifier le système d’évaluation des enseignants en introduisant « un entretien professionnel conduit par le supérieur hiérarchique direct tous les 3 ans ». S’il est concluant, « l’agent peut gravir les échelons plus vite en se voyant accorder des mois d’anciennetés supplémentaires. ». Libération rapporte que « les syndicats enseignants reconnaissent, à des degrés divers, que le métier a changé, mais redoutent la fin d’un métier porteur d’une mission de service public ». Un service qui est pourtant en l’état de moins en moins bien rendu. Personne d’ailleurs dans le monde de l’enseignement ne nie qu’il y ait un problème : un inspecteur de l’académie de Clermont dit que « faire évoluer l’évaluation me paraît de toute façon indispensable » ;  une proviseure à Toulon confie que « le système de notation est obsolète, inopérant pour apprécier les compétences professionnelles » ; un professeur de collège à Montreuil avoue que « le mode d’évaluation actuel n’est pas satisfaisant ».

La réforme évoquée me paraît trop floue pour être commentée, mais on le comprend, il va être très compliqué de faire le « big bang » de l’éducation nationale en France. C’est pourtant un devoir pour la France de demain. Il ne s’agirait même pas à mon sens d’expérimenter quelques idées farfelues sorties tout droit d’un obscur think-tank ! Non, simplement importer des idées qui ont fait leurs preuves ailleurs : évaluer les professeurs très largement sur la base des résultats des élèves, récompenser les bons profs et les inciter à diffuser leurs bonnes pratiques pour permettre aux autres de progresser, et mettre hors circuit ceux qui sont fondamentalement mauvais.

Et à ceux qui objecteraient que les caisses sont vides pour quelque récompense que ce soit, sachez que cela a bien évidemment un sens économique que de rétribuer grassement les professeurs compétents compte tenu de leur apport à la richesse du pays : des études aux Etats-Unis ont montré qu’un professeur faisant partie des 15% meilleurs ajoutera en moyenne en une année scolaire $20.000 à ce que gagnera sur toute sa future vie active un écolier. Un tel professeur, s’il a une classe de 30 élèves, ajoute donc à l’économie $600.000 par an en moyenne. Il y a donc théoriquement de quoi être très généreux avec les « stars » de l’enseignement. À condition de se mettre d’accord sur la façon de les identifier.

Dans un contexte de mondialisation du marché du travail, de délocalisation des entreprises, et de mécanisation/informatisation rampante de toujours plus de métiers, il est bon de se rappeler la mission première de l’éducation secondaire : faire en sorte qu’un maximum de lycéens ait un niveau suffisant pour faire des études supérieures, sésame pour les emplois qualifiés de demain. Voici en quatre points la stratégie pour y arriver mise en place avec succès par Johnston dans son établissement:

  • 1. Fonder l’évaluation des professeurs (et des proviseurs) principalement sur les progrès des élèves. Il faut vérifier le niveau des élèves d’une classe en chaque fin d’année pour mesurer les progrès accomplis par rapport à l’année précédente et ainsi noter leur professeur.
  • 2. Inciter financièrement les meilleurs professeurs à partager leur savoir-faire, par exemple en postant des vidéos de leurs cours sur un site internet destiné à tous les enseignants. Ces primes récompensant ceux qui donnent ainsi le bon exemple permettent notamment de conserver dans le professorat les individus brillants tentés par un changement de carrière du fait des maigres perspectives d’évolution offertes à eux jusque-là.
  • 3. Pouvoir « dé »-titulariser un professeur. Un professeur ne devient titulaire qu’après avoir été noté « efficace » pendant 3 ans. Il perd automatiquement son statut de titulaire s’il est noté « inefficace » deux années de suite. Et dans le cas d’une réduction d’effectif forcée dans un lycée, le principe de primauté des anciens est aboli. Peu importe l’ancienneté des professeurs, seuls les mieux notés restent titulaires, les autres perdent leur statut et doivent être réaffectés ailleurs.
  • 4. Permettre aux proviseurs de choisir leurs professeurs. Si un professeur est dé-titularisé d’un lycée et se fait refuser partout ailleurs, il est congédié de l’Éducation Nationale après un an d’inactivité.

Cette politique a fait ses preuves, nous devrions tout simplement la copier.

Je pense aussi que la société au global devrait être plus reconnaissante envers ses meilleurs professeurs. On pourrait imaginer une cérémonie annuelle qui mettrait à l’honneur les « stars de l’enseignement », l’équivalent symbolique de ce que peut être le défilé du 14 juillet pour les armées. Cette cérémonie devrait être grandiose à l’image des cérémonies américaines, et réunir les élites politiques et intellectuelles du pays pour conférer la plus grande fierté aux « nominés ». Nous accordons trop d’importance aux Césars, à l’élection de Miss France, à Top Chef, et pas assez à nos meilleurs enseignants qui de loin sont ceux qui peuvent le plus influer sur l’avenir des jeunes  Français, par leur travail et l’exemple qu’ils peuvent démontrer au reste du corps professoral.

Ce sont des hommes comme Richard Descoings, celui qui a révolutionné Sciences Po entre autres en l’ouvrant aux meilleurs lycéens de ZEP et qui vient de s’éteindre, dont la France et l’Éducation Nationale ont besoin et qu’il faut plus que jamais mettre à l’honneur.