Les trois composantes de notre temps (1/2)

Notre monde est en pleine mutation : jamais les repères n’ont bougé aussi vite, jamais les idées n’ont autant circulé, jamais les Hommes n’ont eu une telle conscience d’eux-mêmes. Et jamais autant de Terriens ne sont sortis aussi vite de la pauvreté, 400 cents millions ces 30 dernières années, surtout en Chine.

Nous vivons une époque fascinante et dans ce dédale d’implications complexes, trois grandes composantes définissent à mon sens la situation dans laquelle se trouve l’Humanité : l’avènement de l’économie de marché au niveau mondial, l’accélération du progrès technique et la dernière, conséquente des deux premières, l’émergence d’une Nation humaine.

1. L’économie de marché s’est imposée aux yeux de tous comme la façon la plus efficace de créer et répartir la richesse depuis la chute de l’Union Soviétique, épuisée par une « guerre des étoiles » que le fiasco communiste ne pouvait plus financer. Malgré les errements du FMI des années 90 qui a voulu imposé sa doctrine ultralibérale à tort, tous les pays qui ont adopté les canons de l’économie de marché (liberté d’entreprendre, respect de la propriété privée, accès au crédit, liberté de fixer les prix, liberté de choisir son travail, maintien d’un contexte concurrentiel, état de droit, etc), par étape et sans tomber dans l’excès (sans s’ouvrir complètement par exemple aux flux de capitaux à court terme particulièrement déstabilisateurs) ont largement amélioré leur sort. Hormis l’Occident qui domine le monde (même si c’est bientôt terminé) parce qu’il a été le premier à appliquer ces principes, c’est le Japon qui a ainsi inauguré ce vent nouveau de modernisation, ont suivi les quatre dragons asiatiques (Taïwan, Hong-Kong, Singapour et la Corée du Sud), puis la Chine, et l’Inde, le Brésil…ce souffle de modernité ne tardera pas à balayer le monde islamique contrairement à ce que prophétisent les Cassandres obnubilées par une menace terroriste exagérée, et ce en passant par le pivot que constitue le Pakistan. L’Afrique aussi, qui sort de la décennie du chaos, fait preuve d’une dynamique encourageante.

Même si les Hommes aiment repousser toujours plus loin les limites du capitalisme en éprouvant de nouveaux instruments financiers (les Américains les premiers, ces apprentis-sorciers du capitalisme !), force est de reconnaître que les nombreux retours de flamme et autres crises économiques traversées ont considérablement apporté à notre compréhension de tous ces mécanismes complexes, et les économistes en ont développé une connaissance suffisamment poussée pour ne pas reproduire les erreurs majeures du passé. Ainsi par exemple c’est après la crise de 29 que l’on s’est rendu compte que le budget pouvait être plus qu’un simple moyen de faire fonctionner l’État : auparavant jamais politiques budgétaire et monétaires n’auraient été conçues comme moyens de sortir d’une crise, en baissant les impôts et en diminuant les taux d’intérêts, et ce pour favoriser l’emprunt des entreprises et particuliers et donc la reprise (ce qu’on appelle des politiques keynésiennes). Aujourd’hui, même si la débâcle des subprimes peut sonner comme le réquisitoire du capitalisme, n’oublions pas que c’est l’action concertée des principales banques centrales, en injectant des liquidités, qui a évité un assèchement préjudiciable du crédit, raison première de la propagation de la crise de 1929. La crise serait donc bien pire sans cette intervention…et les États-Unis que tout le monde voyait en récession ne le sont pas en fin de compte…contrairement à l’Europe qui va y rentrer : car l’économie américaine est bien plus dynamique, le travail bien plus flexible, l’immigration plus importante (n’oublions pas que d’ici à 2050 l’Amérique va gagner 100 millions d’habitants, et l’Europe en perdre 20 !).

Néanmoins,  « l’économie de marché consacrée » est encore bien loin d’avoir porté tous ses fruits. De la même manière qu’au XIXème siècle elle n’a pu s’épanouir dans chaque pays que parce qu’un État fort y faisait respecter des lois jugées équitables, notre économie mondialisée devra tôt ou tard se doter d’une gouvernance digne de ce nom. Cette gouvernance devra être transparente, représentative, garante des intérêts de tous et dotés de réels moyens coercitifs. Elle aura pour mission, entre autres, d’orchestrer un commerce international qui profite à tous. En effet gardons à l’esprit que la libéralisation du commerce produit plus de gagnants que de perdants, et qu’on devrait donc être en mesure d’indemniser ces perdants. Cette gouvernance mondiale qu’on devrait tous appeler de nos vœux pourra alors faire face aux enjeux supranationaux que sont entre autres le changement climatique et l’accès à l’eau et à l’énergie. Ceci correspond à une approche « de haut en bas », il faut l’associer à une approche «de bas en haut » en venant donner directement une chance à chaque être humain d’utiliser le potentiel qu’il recèle. J’entends par là donner accès à tous au crédit, ce formidable levier économique dont même (surtout) les pauvres savent faire bon usage, comme l’a brillamment démontré le professeur Mohamed Yunus.

2. La seconde composante fondamentale caractérisant l’aventure humaine est l’essor incomparable que connaissent les sciences. Tout s’accélère frénétiquement. On a coutume de dire que les révolutions technologiques ont toujours deux penchants : une nouvelle façon de faire circuler l’information et un nouveau moyen de produire de l’énergie. C’est ce qui s’est passé avec le charbon et la machine à vapeur qui ont permis le développement du chemin de fer et des bateaux steamers (démocratisant l’émigration aux États-Unis) associé au télégraphe qui lui-même a permis l’émergence de grandes Bourses de commerce du fait d’un jeu entre l’offre et la demande qui pouvait alors s’exercer en temps réel avec un prix unique pour chaque marchandise. Les autres bouleversements, on les connaît, ce sont le moteur à essence et la voiture, le téléphone, la radio…et plus récemment la télévision, l’énergie nucléaire, le transistor, prélude à l’ordinateur et l’informatique, le numérique, les télécommunications par satellite, internet, la téléphonie sans fil, la géolocalisation, les nouvelles générations d’éoliennes et de cellules photovoltaïques permettant le véritable décollage des énergies renouvelables… Tout ceci modifie notre rapport au temps et à l’espace et poursuit le double objectif suivant : d’une part transporter hommes et marchandises partout et le plus rapidement possible, d’autre part communiquer avec n’importe qui et avoir accès à toute la connaissance humaine partout et tout le temps, le tout le moins cher possible ! Il est d’ailleurs important de souligner que c’est bien souvent l’armée américaine et la NASA qui ont été à l’origine des dernières percées scientifiques, dans un contexte où la maîtrise du ciel et de l’espace impliquaient de pouvoir réaliser des calculs prodigieusement compliqués. Cette puissance de calcul a très vite était déployée dans la finance permettant la mise au point de nouveaux outils à même de déceler les moindres imperfections du marché, partout, tout le temps. Et maintenant c’est le grand public qui en profite à travers les jeux vidéo, le cinéma d’animation 3D, etc.

S’il est un mot qui devait qualifier notre ère technologique, c’est bien « le réseau » : nous assistons à la mise en réseau progressive du monde à tout les niveaux. On le conçoit tout à fait du point de vue des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information), mais apprêtons-nous à le voir arriver pour ce qui est de l’énergie : bientôt, les scientifiques nous disent, chacun sera producteur d’électricité car l’on saura récupérer toutes les énergies aujourd’hui autant gâchées qu’insaisissables (le vent qui balaye la façade de ma maison, le mouvement de portes que j’ouvre et je ferme des milliers de fois par an chez moi, etc), on saura stocker cette énergie dans des piles à hydrogène, et l’on pourra enfin en déverser le surplus dans un vaste réseau mondial, exactement à l’image d’internet…producteurs et consommateurs d’informations et d’énergie…

Mais là ne parle-t-on finalement que d’aujourd’hui, voire de demain matin. Voici les sciences de demain soir et d’après demain qui vont véritablement révolutionner nos vies au point de faire passer les scénaristes de « Matrix » pour d’ennuyeux conteurs à l’imagination limitée : nanotechnologies, biotechnologies, génie génétique, neurosciences, bionique, robotique et intelligence artificielle. Sans m’appesantir sur une de leurs conséquences remarquables que sera l’allongement et la meilleure compréhension de la vie, deux bouleversements majeurs sont à la clef pour l’humanité: d’une part….(la suite dans la deuxième et dernière partie!)

Au fait…vous appréciez ce blog? Abonnez-vous aux articles via les flux RSS en cliquant ici!

Et n’hésitez pas à faire un tour sur la page de l’appel!

Publicités

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s