La mort de la Françafrique (2/2)

Suite de l’article La mort de la Françafrique (1/2)

Pour conclure cette épitaphe de la Françafrique entamée dans la première partie de l’article, je ne résiste pas à l’envie de dresser les apports positifs et négatifs de la politique de la France (et de l’Occident) en Afrique depuis la colonisation jusqu’à aujourd’hui, ensuite à chacun de juger…

Les moins :

  • Soutien à des autocrates dont certains ont beaucoup de sang sur les mains
  • Complicité dans de nombreux coups d’état, voire d’assassinat (Sankara au Burkina-Faso), exactions mortifères (Sétif en Algérie, 1945)
  • Pillage des ressources, équation coloniale classique : l’Afrique exporte à vil prix des produits primaires (les 3 C, Coton-Cacao-Café, entre autres) et importe tous les produits manufacturés. Le continent n’a jamais eu de ce fait ni l’occasion ni l’autonomie nécessaire pour s’industrialiser. En fait, comme je le disais dans l’article « Quand les rivières coulent de la mer vers les montagnes », les capitaux ont toujours coulé de l’Afrique vers le reste du monde !
  • Un regard condescendant sur les populations africaines, et par le passé, politique de ségrégation
  • Des grandes compagnies, pétrolières entre autres, qui n’hésitent pas à corrompre les fonctionnaires et dirigeants pour s’assurer des accès privilégiés aux ressources.
  • Une exploitation des ressources qui se fait/s’est faite parfois/souvent au mépris de l’environnement
  • Ventes d’armes
  • Des situations de rentes (pour des entreprises comme Bouygues et Bolloré par exemple) qui ne profitent pas au pays, puisqu’il y a moins de concurrence, moins de proposition…mais tout cela est terminé grâce aux dispositions prises par la Banque Mondiale obligeant les pays à passer des appels d’offre que remporte très souvent la Chine, prête parfois à travailler à perte…

Les plus :

  • Construction d’infrastructures qui bien qu’orientées vers l’exploitation des ressources profitaient aussi aux populations (chemins de fer, routes, etc)
  • Construction d’écoles, véritables efforts d’alphabétisation qui n’auraient été possibles sans l’abnégation de milliers d’instituteurs prêts à aller enseigner au fin fond du continent, sans oublier ces Pères Blancs et ces Sœurs au dévouement sans limites. Encore aujourd’hui, si de nombreux Africains viennent étudier en France, ce n’est pas un hasard, c’est le résultat (l’issue louable ?) d’une histoire commune. Et malgré l’essor de la présence chinoise, beaucoup parmi les élites préfèrent toujours envoyer leurs enfants étudier en Europe. Le brain drain que certains dénoncent profitent malgré tout au continent car d’une part même si certains partent, d’autres restent ce qui suffit à rentabiliser les investissements dans l’éducation, et d’autre part, ceux qui partent profitent des transferts de savoirs et ceux qui finissent par revenir le font avec des idées d’entreprises pour leur pays d’origine dans leurs bagages !
  • Construction de dispensaires à l’époque et encore aujourd’hui, volonté humaniste très forte d’aider ces populations comme en témoigne aussi maintenant l’essor des mouvements humanitaires et autres ONG occidentales (parfois jusqu’à l’excès, cf Arche de Noé)
  • Parallèlement à la démarche économique purement intéressée de la colonisation existait aussi de façon certaine le sentiment sincère de devoir aider ces populations à rattraper leur retard de développement. Tous ne le partageaient peut-être pas, mais il est indéniable que de nombreux Occidentaux ayant vécu là-bas se sentaient réellement proches des Africains au point de communier avec eux. Les liens culturels très forts qui subsistent, comme la Francophonie, sont là pour en témoigner. Les nombreux métissages aussi, contrairement aux Chinois qui n’envisagent les unions mixtes le plus souvent qu’avec dégoût.
  • Le vent de moralisme qui imprègne les politiques occidentales depuis l’effondrement de l’URSS indispose les dictateurs, et quoiqu’on en dise, cette pression a contribué a fait émerger une société civile très féconde et dynamique.

Voilà…à chacun de s’en faire une idée, mais l’objectivité chère aux historiens devrait prévaloir, sans parti pris, ni pour ni contre, l’essentiel étant d’appréhender les faits à leur juste mesure et dans leur globalité historique.

Au fait…vous appréciez ce blog? Abonnez-vous aux articles via les flux RSS en cliquant ici!

Et n’hésitez pas à faire un tour sur la page de l’appel!

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s